L’allergie aux acariens, les envahisseurs invisibles

Posté par le 29 sept 2009 dans SantéPas de commentaires

Les acariens sont des animaux microscopiques mais extrêmement allergisants. Amateurs de chaleurs et d’humidité, ils se plaisent particulièrement dans nos maisons. Apprenez à mieux connaître ce cousin des araignées et à traiter votre allergie.

- Fiche d’identité des acariens

Les acariens appartiennent à la famille des Arachnides, ce sont donc des cousins des araignées et des scorpions. Ils mesurent à peine quelques dixièmes de millimètre. Il existe plus de 50 000 espèces d’acariens à travers le monde mais en France, elles sont une dizaine à être particulièrement gênantes.

Les acariens trouvent dans notre maison tout ce dont ils ont besoin pour vivre. Il se nourrissent de squames humaines et animales, de débris alimentaires et de moisissures.

Les acariens se développent dans un environnement spécifique : vivant de deux à trois mois, les acariens adorent l’humidité (50 à 80% leur conviennent à merveille) et une température de 25 à 30 degrés. En Europe, on ne trouve pas d’acariens à une altitude supérieure à 1200 mètres en raison du manque d’humidité.

Ces conditions expliquent pourquoi les acariens sont particulièrement heureux la nuit dans notre lit : la chaleur et l’humidité que dégagent notre corps les fait remonter à la surface du matelas afin qu’ils puissent se nourrir de nos peaux mortes. « La chambre à coucher constitue pour eux le biotope idéal », explique le Professeur Pascal Demoly, pneumologue et allergologue au CHU de Montpellier. Et avec l’automne qui arrive et les appartements qui chauffent, les acariens attendent avec impatience cette période de l’année.

- L’allergie aux acariens

L’allergie aux acariens est la première cause d’allergie respiratoire. L’acarien est responsable de 40% des rhinites allergiques. Plusieurs facteurs sont en cause :
On peut avoir un terrain prédisposant héréditaire (qu’on appelle atopie) et les manifestations apparaissent en présence des allergènes. Mais pas seulement… On peut aussi devenir allergique dans certaines conditions sans forcément avoir un terrain allergique (comme pour le venin d’abeille par exemple).
Mais ce n’est pas tant à ces petites bêtes à 8 pattes que l’on est allergique mais à leurs excréments et à leurs cadavres. Contrairement à l’allergie aux pollens qui n’intervient qu’à certaines périodes, les acariens peuvent faire vivre une vie d’enfer aux allergiques pendant tout l’année.

- Comment lutter contre les allergies aux acariens ?

Les symptômes de l’allergie aux acariens peuvent être nombreux. Ils peuvent toucher la peau, le nez, les yeux, les bronches, le tube digestif… Mais la rhinite allergique reste la forme la plus répandue. Elle peut engendrer des troubles du sommeil chez les personnes allergiques et augmenter le risque d’asthme.

Les recommandations pour lutter contre les acariens sont nombreuses : aérer la literie, battre les tapis, utiliser des traitements acaricides, envelopper les sommiers, oreillers et couettes avec des housses anti-acariens, etc…

Cependant, selon le Professeur Demoly, » il suffit que l’on loupe une de ses étapes pour qu’un foyer d’acariens apparaisse et prospère ».

Le plus efficace est donc de se faire désensibiliser grâce à la désensibilisation ou « immunothérapie spécifique », sous-cutanée ou sub-linguale, où le patient absorbe progressivement des allergènes pour induire une tolérance.
« Si le traitement ne fonctionne pas au bout d’un an, inutile de le poursuivre » indique le Professeur Demoly.

Par Claire Frayssinet

Source : http://www.femmeactuelle.fr/

Tags: , , , ,